Rubrique Entreprises

ZTE sanctionné pour sept ans aux États-Unis a mis fin à ses activités principales

ZTE sanctionné pour sept ans aux États-Unis a mis fin à ses activités principales

Alors que Donald Trump a annoncé mardi la sortie des États-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran, le chinois ZTE vient d'annoncer qu'une sanction antérieure de Washington a paralysé ses activités principales. Depuis avril, il est interdit aux sociétés américaines de vendre du matériel à l'entreprise chinoise. La raison évoquée serait liée à un non respect des sanctions prises contre l'Iran.

ZTE mis à mal

La sanction prise contre le chinois ZTE interdit à toutes les sociétés américaines de lui vendre des composants. En d'autres termes, sur le territoire américain, la société ZTE se retrouve, pour ainsi dire, en difficulté fonctionnelle. En effet, ZTE a toujours coopéré avec des sociétés américaines telles que Intel et Qualcomm. La société ne pouvant plus trouver des composants nécessaires à la poursuite normale de ses activités, est obligée de mettre un terme, certes temporaire, à ses activités sur le sol américain. Mais selon certains analystes, il sera compliqué pour ZTE de continuer à produire normalement sur le sol américain même si elle arrive à trouver des fournisseurs de matériels qui ne sont pas américains. En la matière, la Corée du Sud et Taïwan sont des solutions potentielles.

Il faut aussi préciser que la sanction prononcée le 16 avril par les États-Unis est partie pour être appliquée sur une durée de sept ans. La société chinoise a, pour le moment, des réserves sur lesquelles elle peut fonctionner, mais elle ne tiendra pas longtemps de cette manière. C'est d'ailleurs pour cette raison que ZTE a lancé des opérations de pourparlers dans le but parvenir à une modification de cette sanction à défaut de son annulation.

Une réexportation mal digérée par Washington

Dans cette affaire qui remonte à 2016, il faut rappeler que la société chinoise ZTE a, elle-même, reconnu après interpellation, avoir procédé à une réexportation vers l'Iran et la Corée du Nord de produits précédemment achetés aux États-Unis. C'est donc pour sanctionner la transgression par ZTE de l’embargo imposé contre ces deux pays que Washington a pris cette décision radicale. Les composants concernés en l’occurrence sont les semi-conducteurs américains vendus jusqu'ici au chinois ZTE.

Mais il faut souligner que Pékin fait des pieds et des mains pour que cette décision soit revue et dans cette optique, ZTE a donné de la voix au cours des pourparlers qui ont eus lieu à Pékin. Cette rencontre a connu la participation de Steven Mnuchin, le Secrétaire au Trésor américain à la tête d'une délégation.

Il faut relever, pour finir, que dans cette situation, ce sont près de 80 000 emplois qui sont menacées dans le sud des États-Unis.

Jeudi 10 Mai 2018 La Rédaction