Rubrique Economie

Washington : Le plafonnement de la dette inquiète Wall Street

Washington : Le plafonnement de la dette inquiète Wall Street

Une vague d'agitation et d'inquiétude secoue les gérants de Wall Street depuis quelques jours. Au cœur des inquiétudes, un retour du « shutdown » de 2011 qui avait causé un plongeon de l’indice S&P-500 de 15 %. Un abaissement qui avait été précédé d’une fermeture prolongée des administrations du pays.

Des mesures préventives tous azimuts

Si des mesures urgentes ne sont pas prises, il se pourrait bien que les financements n’accourent plus dans l’Etat du Texas frappé il y a quelques semaines par une catastrophe. En la matière, tout repose pour le moment sur les épaules des membres du Congrès américain qui ont jusqu’à la date du 29 septembre. Leur mission consiste à faire passer par vote, en ce laps de temps, un relèvement du plafond de la dette. Ce vote est d’autant plus important que sans cela, il sera impossible au gouvernement de continuer à financer cet Etat. De façon préventive, en attendant que le vote ne devienne effectif et surtout favorable au relèvement de la dette, les investisseurs ont opté pour une augmentation de leur part de liquidité, mais procèdent aussi à des achats de produits de couvertures. 

Au sujet de Wall Street, l’indice S&P-500 semble être dans une mauvaise passe. Cela fait maintenant plus d’un an que celui-ci n’a pas corrigé plus de 5 %. Une situation qui est d’autant plus inquiétante que cela fait maintenant plus de 20 ans que l’indice ne s’est pas retrouvé dans une position pareille. La bourse américaine court, pour ainsi dire, le risque d’une nouvelle récession qui pourrait lui porter des coups assez durs.

Goldman Sachs rassure…

Si le risque d’un nouveau « shutdown » reste quand même présent, c’est Goldman Sachs qui, de son côté, rassure les uns et les autres en dépit du sinistre qui s’est abattu sur le Texas. Selon cette banque, les chances que le « shutdown » survienne sont maintenant de 35 % alors qu'ils étaient de 50 % avant la catastrophe. 

Ici encore, tout semble dépendre du vote en faveur du relèvement de la dette. En effet, Donald Trump a sollicité, dans le cadre d’un programme de reconstruction des zones atteintes dans l’Etat du Texas, une somme de 7,85 milliards de dollars. Mais pour que l’octroi des fonds sollicités se fasse, il faudra que le vote aille dans le sens du relèvement de la dette. A ce propos, Goldman Sachs fait aussi savoir que le relèvement du plafond de la dette pourrait être incorporé à un texte législatif incluant aussi le secours aux sinistrés du Texas.

Pas tout à fait sorti de l'auberge

Cette situation pour le moins inquiétante ne semble pas arrêter les ambitions de Donald Trump au sujet de la construction du mur avec le Mexique. « Le président continue de brandir la menace d‘une fermeture des administrations fédérales si le mur (avec le Mexique) n‘est pas financé, et le prolongement attendu de l‘autorisation de dépense ne sera probablement que temporaire, décalant le risque d‘un ‘shutdown’ aux derniers mois de l‘année. », a fait entendre Goldman Sachs. 

En conclusion, la fermeture des administrations serait une issue inévitable si le président mettait à exécution ses menaces.

Mercredi 6 Septembre 2017 La Rédaction