Rubrique Entreprises

Volkswagen paie des millions d’euros pour esquiver un procès

Volkswagen paie des millions d’euros pour esquiver un procès

Le groupe automobile Volkswagen a annoncé ce 19 mai avoir conclu avec la justice allemande un accord afin de mettre fin aux poursuites qui ont été engagées à l’endroit de deux de ses dirigeants dans le scandale lié aux émissions polluantes du constructeur. Si l’accord a coûté 9 millions d’euros à ce dernier, que faut-il savoir du procès annulé ?

Rupture du procès ciblant Diess et Potsch de Volkswagen

La justice allemande vient d’arrêter une procédure, se penchant sur une manipulation des marchés financiers ayant trait au dieselgate. Cette procédure avait pour point de mire Herbert Diess, directeur de Volkswagen ainsi que Hans Dieter Potsch, président du conseil de surveillance.

L’annonce a été faite par le constructeur allemand ce mardi 19 mai. A en croire les propos d’un porte-parole du groupe, le conseil de surveillance a tenu à saluer la fin de la procédure qui visait les deux dirigeants les plus hauts de Volkswagen qui, depuis septembre 2019, subissaient un procès portant sur l’affaire des tests de modèles diesels faussés.

Pour n’avoir pas identifié le moindre manquement aux devoirs vis-à-vis de la société de la part de Dieter Potsch ou Herbert Diess, le constructeur allemand a déboursé 4,5 millions d’euros pour contribuer au paiement. Respectivement président du conseil de surveillance et président du directoire, les deux sieurs étaient accusés d’avoir manipulé le marché au tribunal de Brunswick, au niveau du Land de Basse-Saxe, lieu où se trouve le siège de Volkswagen.

Il est important de rappeler qu’en septembre 2015, le groupe automobile avait reconnu avoir recouru à un logiciel pour truquer les tests de ses moteurs diesels aux Etats-Unis ; une situation qui avait engendré la chute du cours de son action en bourse. Herbert Diess était à l’époque directeur de la marque VW tandis-que Potsch occupait le poste de directeur financier sous Winterkorn.

Volkswagen fragilisé par le dieselgate

Le dieselgate a fait dépenser au constructeur allemand un montant excédant les 30 milliards d’euros et l’a obligé à miser sur la voiture électrique pour redorer son image.

La majeure partie de cette somme ayant servi à payer des dédommagements, amendes et frais juridiques, a été déboursée aux Etats-Unis, où les clients ont été indemnisés pour la récupération de leurs voitures.

Hans Dieter Potsch et Herbert Diess étaient soupçonnés par le parquet de Brunswick d’avoir mis du temps à tenir les investisseurs informés par rapport aux agissements de Volkswagen.

Le groupe a précisé que les représentants de la société et les conseillers juridiques soutiennent que les accusations qui ont été faites contre Diess et Potsch n’ont aucun fondement. Fin Septembre 2019, le parquet avait eu à renvoyer les deux dirigeants dans le cadre d’une manipulation de cours boursier qui impliquait également Martin Winterkorn, l’ex-PDG du groupe Volkswagen qui avait déjà été renvoyé en raison de « fraude aggravée ».

Il faut dire que payer des amendes est une tradition pour le constructeur automobile qui a versé un paiement de 2,3 milliards d’euros rien qu’en Allemagne.

Mardi 19 Mai 2020 La Rédaction