Aller au contenu principal

Le déploiement des vaccinations Covid-19 suspendu par l'Afrique du Sud par crainte d’une faible protection

Vaccin Covid-19 ; https://pixabay.com/fr/photos/vaccin-cure-m%C3%A9decine-virus-5897391/

Le déploiement du vaccin AstraZeneca prévu pour lundi en Afrique du Sud a été interrompu. Des données ont prouvé que la protection qu’il offrait contre l’infection de la variante sud-africaine du virus était minimale. Le gouvernement sud-africain craint de devoir engager deux batailles contre les différentes souches du virus.

Une protection minimale du vaccin d’AstraZeneca contre les infections légères à modérées

Dans une déclaration faite aux pairs, des chercheurs de l’Université d’Oxford et l’Université de Witwatersrand ont révélé les résultats d’une analyse préalable sur l’efficacité du vaccin d’AstraZeneca. Celui-ci offre une faible protection aux jeunes malades contre les infections légères à modérées de la variante sud-africaine. 

L’enquêteur en chef sur l’essai du vaccin d’Oxford, Andrew Pollard a déclaré : « Cette étude confirme que le Coronavirus pandémique trouvera des moyens de continuer à se propager dans les populations vaccinées, comme prévu. » 

« Mais, compte tenu des résultats prometteurs d'autres études en Afrique du Sud utilisant un vecteur viral similaire, les vaccins pourraient continuer à alléger le bilan des systèmes de santé en prévenant des maladies graves », poursuit-il.

D’après une analyse des infections par la variante sud-africaine, le risque de développer un Covid-19 léger à modérer est inférieur de 22 %. L’étude n’a pas pu évaluer le niveau de protection contre une infection modérée à sévère, l’hospitalisation, voire le décès parce qu’elle ciblait une population à faible risque. 

L’espoir de tout un continent en suspens

Dimanche, Zweli Mkhize, ministre sud-africain de la Santé, a affirmé que le gouvernement suspendait le déploiement du vaccin en attendant mes conseils des scientifiques sur la bonne méthodologie. La décision de la suspension prise par l’Afrique du Sud est un véritable coup dur pour le continent dont l’espoir est également en suspens.

Pour l’ensemble des pays africains, le vaccin d’AstraZeneca était le grand espoir. C’est le plus accessible en termes de coût et le plus simple à transporter et à stocker par rapport au vaccin Pfizer. Dans le cas où le vaccin ne serait pas aussi efficace que prévu contre les variantes qui émergent, la bataille contre la Covid-19 pourrait être plus longue et plus coûteuse. 

Combattre les variantes en vaccinant plusieurs fois 

Le British Medical Journal a révélé qu’à mesure que le virus mute et se réplique, les milliers de changements se produisent individuellement. Cependant, seule une minorité de ses variantes pourrait avoir un impact significatif sur la modification du virus.

L’enquêteur en chef sur l’essai du vaccin d’Oxford, Andrew Pollard, a déclaré que d’après les données recueillies, le vaccin pourrait malgré tout protéger contre une forme grave du virus. À cet effet, la piste d’une vaccination répétée a été évoquée.

En outre, le chercheur principal de l’essai en Afrique du Sud, le professeur Shabir Madhi, a affirmé que le vaccin d’AstraZeneca avait des similitudes avec celui qui est produit par Johnson & Johnson. Celui-ci combat à 89% les risques de formes graves ou de mort du virus. 

À la radio de la BBC, il a déclaré : « Il y a encore un certain espoir que le vaccin AstraZeneca pourrait bien fonctionner aussi bien que le vaccin Johnson & Johnson dans un groupe démographique différent que j'aborde de maladie grave. »

 08 février 2021    La Rédaction

Populaires

Newsletter le business Journal

Recevez les dernières actualités
du Business Journal sur votre adresse email.

À ne pas manquer