Rubrique Management

Reprise d’une entreprise en difficulté : Ce que vous devez savoir avant de vous engager

Reprise d’une entreprise en difficulté : Ce que vous devez savoir avant de vous engager

Si reprendre une entreprise qui prend l’eau est un projet qui peut présenter de nombreux avantages, cela demeure toutefois une initiative risquée qui exige l’observation d’une approche prudente et très professionnelle, afin d’optimiser au maximum ses chances de succès. Voici donc quelques conseils qui pourraient vous être utiles pour reprendre une entreprise en pleine chute sans plonger avec elle.

1- Préparez-vous à la reprise d’une entreprise

Changer de gestion pourrait se révéler bénéfique, mais cela ne sera pas toujours assez pour remettre la structure sur les rails. Vous devez nécessairement avoir des connaissances et une expérience avérée dans le domaine de l’entreprise à reprendre, afin d’en assurer une meilleure gestion. Vous devez, en outre, identifier de façon rapide les différentes solutions possibles et surtout établir si celles-ci nécessitent d’investir davantage dans l’entreprise en difficulté. Retenez que les banques ne suivent pas systématiquement les repreneurs lorsqu’il s’agit de ce genre de projet. Il est donc indispensable de disposer d’un apport personnel conséquent.

2- Procédez à une évaluation de l’entreprise en difficulté

Effectuer un diagnostic complet de l’entreprise est indispensable pour identifier clairement ses points forts ainsi que les difficultés et les causes de la situation qui prévaut. Il faut savoir que l’évaluation d’une entreprise qui peine à garder le cap dans l’optique de sa reprise ne se fait pas comme celle d’une structure classique. Vous devez avoir une un minimum d’expertise dans ce domaine d’activité afin de déterminer si reprendre une entreprise est un choix rentable. Basez-vous sur l’analyse des pièces comptables des années antérieures, des contrats qui sont en cours et également sur les résultats d’un entretien préalable avec la personne qui dirige actuellement cette entreprise, pour avoir un meilleur aperçu des raisons des difficultés de l’entité. Par la suite, vous devez faire une analyse stratégique de la société pour déterminer de façon objective si des effets de levier susceptibles de la retourner existent et si elle dispose ou pas des capacités nécessaires pour se redresser.

3- Décidez-vous rapidement mais sans vous précipiter

Pour espérer reprendre une entreprise, il faut faire preuve de réactivité pour passer l’entité au crible et pour faire une offre en l’espace d’un mois. C’est malheureusement à cette étape que bon nombre de repreneurs font des erreurs, parce que guidés par leur intuition et leur certitude d’être sur le point de conclure l’affaire du siècle. Ils font alors des offres sans avoir pris la peine de faire un audit approfondi de l’entreprise et de bien élaborer le business plan de la reprise. Laissez tomber le projet si vous ne parvenez pas à faire son audit ainsi que le business plan de reprise dans les temps. Une entreprise en situation difficile peut avoir des vices cachés (mauvais investissements, dettes cachées, conflits avec le personnel, etc.) dont quelques-uns peuvent avoir un effet déterminant sur le succès de votre plan de reprise. Vous risquez, par ailleurs, de foncer droit dans le mur si vous n’avez pas eu le temps d’analyser les causes de la défaillance et de trouver des solutions pour redresser l’entreprise.

4- Consentez à mobiliser beaucoup de ressources

On ne décide pas du jour au lendemain de reprendre une entreprise qui vacille parce que l’on estime que c’est une affaire intéressante, mais parce que l’on a particulièrement la preuve qu’il se peut qu’elle devienne une affaire en or. Dès lors, il faut être prêt à y investir beaucoup de ressources financières propres et de ressources personnelles. Ressources financières parce que vous ne pourrez peut-être pas compter sur les banques (qui sont énormément réticentes à faire des prêts pour un projet de rachat d’entreprise) pour redynamiser votre cible, gérer les imprévus et couvrir les exigences financières de l’après-rachat. Ressources personnelles parce qu’une entreprise qui va mal a besoin d’un nouveau dirigeant qui soit à 1000 % investi et en mesure de conquérir à nouveau un portefeuille client, des fournisseurs, des salariés, de développer des offres nouvelles et une nouvelle organisation, etc.

5- Pensez à vous entourer d’experts

Si vous souhaitez réaliser l’audit de l’entreprise qui coule et le business plan de sa reprise dans les délais impartis, il est fortement indiqué de recourir à une équipe d’experts qui se chargera d’accomplir minutieusement ces tâches. Idéalement, ce sont ces experts qui, en fonction de vos envies, effectueront une présélection de toutes les entreprises en difficulté qui présentent un grand intérêt. Par exemple, un avocat pourra s’occuper de tous les aspects juridiques de l’opération, un expert-comptable pourra se charger de faire l’audit approfondi et un consultant pourra se focaliser sur les points concernant la transition avec les employés, les clients, les fournisseurs, etc. Cela vous permettra, par ailleurs, de vous concentrer sur d’autres aspects non moins importants comme les divers entretiens (avec le dirigeant, les banques, …) et la stratégie de redressement de l’entreprise.

Mercredi 5 Septembre 2018 La Rédaction