Rubrique Economie

Québec : Les secteurs qui recrutent les jeunes diplômés

Québec : Les secteurs qui recrutent les jeunes diplômés

L’économie du Canada en général et du Québec en particulier se relève. Nombreux sont les secteurs qui recrutent de jeunes diplômés tout en ayant une demande encore plus élevée. Voici les secteurs qui selon une étude du magazine Jobboom sont dans ce cas.

Avec le retour à l’équilibre budgétaire prévu au Canada pour 2015, l’emploi se trouve au beau fixe. De nombreux secteurs recrutent de jeunes diplômés au Québec, et en redemandent même. Les voici :

La santé et les services sociaux

La santé est l’un des secteurs recrutant assez de jeunes diplômés au Québec. De récentes études ont en effet démontré que les nombreux infirmiers et infirmières disponibles dans la région ne suffisaient pas pour répondre aux besoins de la population. Les jeunes diplômés ont ainsi de nombreuses possibilités d’emploi dans ce domaine, d’autant plus que les autorités cherchent à former de nouvelles compétences dans le domaine. Il est prévu de recruter de 15 à 21 000 nouveaux travailleurs par an jusqu’en 2016.

Les technologies de l’information et des communications

Ce secteur est également en proie au phénomène de manque de nouveaux diplômés par rapport à la demande sur le terrain. Ainsi, le secteur est à la recherche de jeunes analystes et consultants à recruter. Des centaines de postes restent à pourvoir, et il n’appartient qu’aux jeunes diplômés d’en décrocher quelques uns.

Les sciences et technologies des aliments

Dans ce domaine également, les jeunes diplômés sont très prisés. Le secteur a en effet prévu de faire environ 18 000 recrutement d’ici 2021. Le problème est que le nombre de personnes effectuant des études dans ce domaine évolue beaucoup moins vite que les demandes en la matière. Non seulement, les jeunes diplômés sont très sollicités dans ce secteurs, mais des mesures d’incitations sont mises en place pour faciliter la formation de nouveaux professionnels. C'est le corps de métier de la prochaine décennie.

L’usinage

Le secteur d’usinage a tellement eu besoin de nouvelles compétences ces dernières années au Québec, qu’il a été obligé d’en recruter à l’étranger. Les nouveaux diplômés dans ce secteur se sont raréfiés, ce qui a encore accru leur valeur. Le nombre de personnes s’inscrivant dans ce secteur a diminué de 50% de 1998 à 2012 et est passé, en particulier, de 1308 à 900 pour le métier du soudage-montage sur la même période. Ce secteur cherche donc presque désespérément à recruter de nouveaux diplômés, mais également à inciter d’autres jeunes à se faire former dans le domaine.

Le secteur minier

Avec l’appétit des pays émergents pour les métaux, le secteur minier a connu une évolution qui a été beaucoup plus rapide que celle des nouveaux diplômés dans le secteur. Les actuels étudiants ne devraient donc pas avoir de difficultés à se faire embaucher à leur sortie de cursus.

La construction et l’aérospatiale

Ces domaines accueillent également volontiers les nouveaux diplômés. Ils sont en outre en proie comme les autres à un manque de compétences ; manque cruel contre lequel ils mettent tout en place afin de satisfaire à leurs besoins. La construction par exemple prévoit de recruter environ 14.000 travailleurs au cours de cette année 2014.

L’enseignement, l’agriculture, les assurances et les services financiers

Ces domaines également recrutent beaucoup de nouveaux diplômés. Les assurances et le services financiers ont prévu de recruter 10 000 personnes entre 2012 et 2019.

L'informatique

Le Québec regorge de sociétés de développement informatique ; notamment les monstres que sont IBM, Ubisoft, Eidos ou Electronic Arts. Grâce à sa politique volontariste dès les années 90, le Canada est notamment devenu le 3è pays en matière de création de jeux vidéos. En demande constante de matière grise qualifiée, ces mastodontes de l'informatique font parties des piliers de l'économie québécoise et représente un eldorado pour les étrangers ; la main d'oeuvre québécoise n'étant pas suffisante pour satisfaire aux besoins liés à leurs croissances.

Lundi 25 Août 2014 La Rédaction