Rubrique Entreprises

QBE Insurance dans le viseur du groupe Allianz

QBE Insurance dans le viseur du groupe Allianz

Rien n’est encore formellement publié ou confirmé, mais selon une source allemande, en l’occurrence le journal Handelsblatt, les tractations sont en cours pour que cela devienne effectif.

Une proposition serait déjà sur la table

Allianz aurait donc des vues sur son homologue et concurrent australien QBE Insurance. C’est du moins ce que laisse croire la publication du journal allemand Handelsblatt, dans son numéro parut ce fin janvier. Cependant, il est précisé que QBE n’a pas encore réagit à la proposition d’Allianz. Même si les discussions sont considérées jusqu’à présent comme informelles, elles commencent à devenir plus ou moins concrètes. Il est dit, dans le même article, qu’Allianz aurait déjà fait une proposition à QBE. Toutes ces tractations auraient commencées un peu avant la période de Noël dernier. Les dirigeants des deux groupes se seraient rencontrés, et Allianz aurait proposé une somme de 20 milliards de dollars australien à QBE, ce qui revient à en faire l’acquisition à 15 dollars l’action. Rien ne semble pour le moment indiquer que la transaction aura lieu.

Qui surveille qui ?

Tout dernièrement, plusieurs actions et décisions commerciales ont été prises par Allianz pour positionner au mieux la société. Allianz France a notamment dévoilé Active4Life, avec comme objectif de minimiser les impacts des séismes boursiers sur les épargnes de ses clients. Dans le même ordre d’idée, ses clients de car2go bénéficient désormais d’une couverture de responsabilité. Cette assurance RC s’étend à environ 7000 véhicules et cela a pris effet depuis le 1er janvier 2017. Sont concernés, cinq zones d’influence d’Allianz : les Pays-Bas, l’Espagne, l’Autriche, l’Italie et évidemment l’Allemagne. Toutes ces mesures, non exhaustives ceci dit, sont des éléments qui renforcent la position de leader d’Allianz dans son domaine. De son côté, QBE Insurance se présente comme une société de gestion de risques. Et parlant justement de risques, l’une des dernières actions entreprises par l'australien laisse penser qu’ils tentent de limiter quelques dégâts ou de prendre de l’avance sur un risque deja pressenti. C’est peut-être sur cela que se base la proposition d’Allianz de racheter son homologue/concurrent. En effet, on peut lire sur le site officiel de l’entreprise, qu’en date du 15 Décembre dernier, elle a procédé à un changement de partenaire en Défense et recours. Crise de confiance ou simple stratégie commerciale ? Les raisons avancées dans le message posté sur le site évoquent l’efficacité. Seuls les jours à venir pourront nous éclairer sur cette possibilité de rachat, mais aussi nous apporter des précisions sur les réelles motivations de chacune des deux parties.

Lundi 13 Février 2017 La Rédaction