Rubrique Technologie

Nissan s'associe à DeNA pour tester des voitures autonomes au Japon en 2018

Nissan s'associe à DeNA pour tester des voitures autonomes au Japon en 2018

Le constructeur de véhicule japonais Nissan et son compatriote spécialisé dans les jeux vidéo DeNA, vont, de commune vision, procéder à des tests de voiture électrique en 2018. Il faut aussi préciser qu’en dehors de Nissan, plusieurs autres fabricants ont également amorcé une marche inexorable vers les voitures électriques.

Les premiers du genre pour Nissan

Les tests en question auront lieu dans la ville japonaise de Yokohama. Il s'agira des premiers du genre pour Nissan. Et ils se dérouleront grandeur nature pendant deux semaines. Au cours de cette période, des utilisateurs auront l’occasion de tester le nouveau véhicule du projet Nissan Leaf électriques. Les trajets sur lesquels les tests se dérouleront seront tous définis à l’avance.

Le but visé par les deux sociétés est le lancement dans un futur proche d’un système de covoiturage autonome. En effet, le système porte le nom de Easy Ride et consiste en un pilotage du véhicule au travers d’une application qui a été mise au point par DeNA.

Une voiture électrique inspirée de la Leaf

Au cours du mois d’octobre, Nissan avait mis sur le marché un nouveau modèle de véhicule, la Nissan Leaf. C’est en effet sur ce modèle – écoulé à plus de 750 exemplaires – que sera conçue la prochaine voiture électrique de la marque. Le véhicule est équipé de phares halogènes accompagnés de feux de jour à LED, et d’antibrouillards à l’avant et à l’arrière.

D’autres fonctionnalités sont aussi présentes sur le véhicule comme l’e-pedale. Il s’agit d’accélérer, de freiner et de stopper l’avancée de la voiture avec la même pédale. De même, le freinage d’urgence fait partie des fonctions embarquées sur ce modèle qui sera en vente en France à partir de janvier 2018.

Une course vers l’électrique

Plusieurs autres constructeurs comme l’allemand BMW sont engagés sur le chemin de la voiture électrique. Et il semblerait qu’aucun obstacle ne saura freiner les ardeurs même si au cours de la semaine passée, il a été révélé que des pénuries de matériaux indispensables à la fabrication des batteries de voitures pourraient freiner les ambitions des constructeurs allemands.

En outre, l’on observe des alliances un peu partout, comme celle de BMW et Intel, le fabricant de microprocesseurs. En somme, la plupart des constructeurs espèrent pouvoir investir le marché des véhicules électriques d’ici à 2020. L’atteinte de cet objectif devrait aussi permettre de répondre aux attentes des institutions qui militent pour la protection de l'environnement.

Mercredi 13 Décembre 2017 La Rédaction