Mercredi 12 Décembre 2018

Rubrique Technologie

L’Océan, une nouvelle source d’énergie ?

L’Océan, une nouvelle source d’énergie ?

Après plusieurs décennies de recherche, les chercheurs de l’US Navy pensent avoir relevé l’un des plus grands défis actuels. Ils ont en effet trouvé le moyen de transformer l’eau de mer en carburant, une solution qui pourrait rayer la crise énergétique des problèmes de la Navy.

Un nouveau pas a été fait dans la recherche des solutions à la crise énergétique prochaine. Les chercheurs de la Marine Américaine viennent en effet d’annoncer qu’ils ont réussi à produire du carburant à partir de l’eau de mer. Cette solution, qui à terme pourrait être commercialisée, servira dans un futur proche à assurer l’autonomie énergétique des navires de la Marine.

Du carburant à base du dioxyde de carbone et du dihydrogène contenu dans l’eau marine

A travers un communiqué de presse, les chercheurs du Naval Research Laboratory (LNR) viennent d’annoncer la mise en place d’un système qui synthétise un carburant liquide à partir de l’eau de mer. Ceci est possible grâce à l’extraction du CO² de l’eau de mer et la production de l’hydrogène grâce à une acidification électrochimique. Une fois produits, ces gaz sont réduits en des hydrocarbures qui peuvent à leur tour être utilisés pour produire le kérosène. Il est à noter que le CO² existe en grande quantité dans l’eau de mer. La molécule y est présente environ 140 fois plus que dans l’air. Ce qui augure donc une continuité pour cette méthode qui est l’une des plus écologiques dans son domaine.

Pour une autonomisation énergétique des navires de la Marine américaine

Le carburéacteur produit grâce à cette technologie pourrait être développé par les navires eux même ce qui leur permettrait d’être opérationnel 100% du temps. Les 289 navires de la Marine américaine n’auront plus à aller se ravitailler en mer, s’éloignant ainsi de la dépendance énergétique. Cela les rendra insensibles à la pénurie de carburant et aux fluctuations des prix du pétrole. Le vice-amiral Philip Cullom déclarait d’ailleurs à cet effet : «C'est une étape très importante pour nous. Nous sommes dans une période très difficile où nous avons vraiment à penser de manière assez innovante la façon dont nous créons l'énergie, la façon dont nous la consommons. Nous devons remettre en question les résultats des hypothèses des six dernières décennies de recherche pour un accès constant à bas prix et dans des quantités illimitées de carburant ». Ce nouveau carburant devrait couter entre 3$ et 6$ le gallon d’après le LNR qui a déjà effectué un vol test. Le prochain but est de trouver le financement et les partenaires nécessaires pour pouvoir envisager une commercialisation de cette technologie. Mais dans tous les cas, cela ne sera pas possible avant les 7 voir 10 années prochaines. D'ici là, les groupes civils devront patienter, le carburéacteur résolvant pour le moment les problèmes énergétiques de la marine. Les recherches continuent afin de trouver des options terrestres à distance, solution pour le moment sine qua non à une solution énergétique viable par la mer.

Vendredi 4 Juillet 2014 La Rédaction