Rubrique Entreprises

Le projet d’avion Skylander désormais sous le pavillon du chinois Tianjiao

Le projet d’avion Skylander désormais sous le pavillon du chinois Tianjiao

L’avion biturbopropulseur Skylander, qui était censé être assemblé en Lorraine par le constructeur français Sky Aircraft, sera en fin de compte construit par le groupe chinois Tianjiao General Aviation, aujourd’hui Emper Aviation. Ainsi en a décidé le tribunal de commerce de Briey (Meurthe-et-Moselle) qui a accepté le 6 juin dernier l’offre du géant chinois de racheter le projet d’avion Sk105 pour un montant de 1,9 million d’euros.

Une procédure judiciaire toujours en cours

La société Sky Aircraft, une filiale de Geci International, en charge de développer le projet de construction du Skylander s’était vu accorder par le conseil régional de Lorraine dans ce cadre, des subventions de 21 millions d’euros en prêts et avances remboursables. À l’époque, 220 personnes avaient été employées sur l’ancienne base aérienne de Chambley-Bussières pour donner corps à ce serpent de mer aéronautique capable d’accueillir à son bord 19 passagers et près de trois tonnes de fret. Le 4 octobre 2012, alors que la phase d’études était terminée et que celle d’industrialisation devait débuter, l’entreprise qui avait alors un passif de 110 millions d’euros avait été mise en redressement judiciaire. La maquette en bois avait ensuite été vendue fin 2013 pour 6 000 euros à un camping de Loire Atlantique qui comptait en faire un mobile home assez original, et la maquette numérique confiée le 6 mars 2017 à l’américain Redstone pour la somme de 1,4 million d’euros. C’est finalement la société chinoise Emper Aviation, nouvellement propriétaire de la maquette numérique, qui fera voler le SK105 d’ici trois à quatre ans.

Le conseil régional du Grand-Est, qui a intenté un procès contre Serge Bitboul, président de Sky Aircraft, pour le remboursement du montant des subventions accordées, n’a pu récupérer que 4 millions d’euros à ce jour.

Avenir chinois pour le Skylande

Avec un capital social de 25 millions d’euros, l’ex société Tianjiao appartient à la holding Shanghai Daguan Real Estate Company Limited créée en 2002. Avec cette acquisition, le groupe s’engage à installer quatre chaînes de fabrication à savoir deux en France et deux en Chine. L’acquéreur du projet Skylander a également prévu de recruter 150 ingénieurs d’ici à 2022 et s’est d’ailleurs entretenu avec d’anciens fournisseurs de la société liquidée pour leur proposer une nouvelle collaboration. En janvier 2018, une équipe du groupe composée de douze ingénieurs avait effectué le déplacement à Metz afin de prendre connaissance du projet. Une deuxième équipe s’y est rendue plus tard pour conclure l’accord. Me Patrick Maroccou en charge de l’administration judiciaire de Sky Aircraft, a confirmé que le tribunal de commerce de Briey avait bel bien validé la vente de la maquette électronique du Skylander qui s’est faite avec toutes les assurances nécessaires, principalement financières, honorées par Emper Aviation.

Les futurs investissements chinois en France dont le montant s’élèverait à plus de 150 millions d’euros auraient obtenu l’aval de Bercy. Pour le moment, le plan de charge des ateliers dans lesquels plusieurs centaines d’avions seront construits n’est pas connu.

Vendredi 15 Juin 2018 La Rédaction