Rubrique Economie

Le black Friday : sens et origine

Le black Friday : sens et origine

Le black Friday de l’année 2019 s’est déroulé vendredi 29 novembre. Si pour les acheteurs, ce jour est celui des bonnes affaires, il faut tout de même bien en cerner les contours. Le black Friday est bien plus qu’une journée de shopping intensif. D’où vient-il et en quoi consiste-t-il ?

Qu’est-ce que le black Friday ?

Le black Friday est une journée durant laquelle les commerçants font de grands rabais. Plus que cette simple explication, la journée aux États-Unis et dans plusieurs autres pays du globe, est un événement d’une ampleur démesurée. En effet, plus de 1,7 milliards d’euros ont été dépensés à cet effet juste en Europe et plus de 6 milliards dans le monde pour cette journée de l’année 2019.

Il va sans dire que c’est l’événement commercial le plus impressionnant au monde. Le black Friday ne concerne pas des produits spécifiques. Il y a de tout et pour tous les goûts. En passant du petit jouet à la machine à laver. Le E-commerce n’est pas en reste. Les clients peuvent tout aussi bien aller dans les boutiques que cliquer depuis leurs maisons.

D’où vient le black Friday ?

Le black Friday a vu le jour aux États-Unis en 1960. Il est né à la suite d’une autre tradition qui est la fête d’action de grâce, la Thanksgiving. Cette fête est une tradition familiale américaine à la base religieuse. Elle consistait à rendre grâce à Dieu pour ses bienfaits tous les quatrièmes jeudis du mois de novembre. La Thanksgiving était l’occasion de réunir les membres d’une même famille dans une ambiance festive, consolidée par de très bons plats traditionnels où ne manquais jamais la star des volailles : la dinde. Aujourd’hui, c’est une fête nationale américaine qui ne concerne plus seulement les religieux, mais toute la population américaine.

Quel est le rapport en Black Friday et Thanksgiving ? Eh bien, le black Friday se tient toujours le vendredi juste après la Thanksgiving. L’histoire retient que les lendemains de Thanksgiving, une grande épidémie d’arrêt maladie était observée aux États-Unis. Etait-ce de vraies raisons de santé ou plutôt un désir de ne pas aller travailler le lendemain d’une journée entière de fête. On ne saurait le dire, mais il est bien d’imaginer l’état d’esprit des travailleurs désirants passer un week-end prolongé après cette belle journée. Quoiqu’il en soit, les nombreuses maladies réelles ou imaginaires, ont donné droit à la qualification de « black » c’est-à-dire noire.

Une des origines sur le plan commercial de cette journée est qu’il fut remarqué à l’époque des registres écrits que les commerçants n’étaient jamais en déficit ce jour-là. Bien au contraire, il semblait être un jour particulièrement bon pour les affaires. Voulant profiter de cette providence, les commerçants ont commencé à y faire des soldes ou des rabais pour attirer encore plus la clientèle. Ainsi, petit à petit, cette pratique a s’est étendue à l’échelle nationale et aujourd’hui internationale. L’événement est arrivé en France autour des années 2010.

Les côtés sombres

La journée du black Friday semble être la journée parfaite au cours de laquelle on achète cet article super cher que l’on n’a pas les moyens de se payer en temps ordinaire. Elle est tellement attendue que certaines personnes font des économies toute une année pour les dépenser ce jour-là. Sauf que cette journée n’a pas que des côtés positifs.

Le premier problème que cette journée pose est d’ordre psychologique. La frénésie occasionnée est à telle enseigne que certains finissent par craquer. Déjà des milliers de personnes attendent devant les boutiques avant l’heure de l’ouverture, certaines sont présentes même depuis la veille. La course, la bousculade, la bagarre, le stress, la fatigue extrême sont bien des cadeaux de cette journée. Finalement le rapport calamité-prix en vaut-il la peine ?

Aussi, faut-il relever l’impact environnemental de cette journée sur notre planète. La surproduction est un des problèmes qui concerne, directement ou pas, toutes les couches de la société. En effet, la quantité d’articles achetés et vendus ce jour, laisse imaginer la quantité de production des usines et le niveau de pollution atteint juste pour satisfaire les désirs des clients.

En plus, on ne fait pas tellement une bonne affaire en achetant tout et n’importe quoi juste à cause de rabais sur les prix d’autant plus qu’en réalité, plus de 800.000 articles se sont révélés ne même pas atteindre 1 % de réduction réelles sur le prix d’origine. Des vendeurs peu scrupuleux feignent de faire des réductions et dupent les clients.

Il faut aussi se rendre à l’évidence qu’aucun commerçant ne vend à perte. Si les réductions affichées étaient réellement effectives, les boutiques auraient tôt fait de fermer leurs portes aux lendemains des black Friday pour raison de faillite. Si de gros chiffres d’affaires parviennent à être atteints en ce jour, c’est bien parce que rien n’est perdu pour les commerçants et rien n’est gagné pour les clients.

Mercredi 27 Novembre 2019 La Rédaction