Mercredi 12 Décembre 2018

Rubrique Management

L'art du storytelling : comment le sublimer?

L'art du storytelling : comment le sublimer?

C'est devenu l'un des moyens les plus utilisés pour vendre des produits. Narrer une histoire qui puisse attirer et captiver l'attention d'une clientèle dubitative, appuyer sur le bouton « émotion » pour inciter au geste ultime, l'achat. C'est en cela que consiste le storytelling. Mais il faut savoir comment s'y prendre, en comprendre les concepts et les impératifs.

Comprendre le concept

Certes, il s'agit bel et bien de raconter une histoire, mais sûrement pas n'importe laquelle. La succès de votre histoire repose sur la capacité de votre cellule de marketing à mettre le client au cœur de la stratégie. Il s'agit donc de raconter une histoire à laquelle vos clients pourront s'identifier de sorte à faire d’eux, sans même qu’ils s'en rendent compte, des ambassadeurs de votre marque.

Vous devez donc avant tout trouver une idée originale. L'originalité de votre idée peut tenir au fait qu'elle raconte une histoire réelle, vécue par l'un de vos clients qui souhaite partager son expérience avec les autres qui sont encore dubitatifs. Il faut souligner que c'est une technique fortement utilisée, même dans les publicités télévisuelles.

Vous pouvez aussi créer une histoire montée de toute pièce avec un héros auquel vos clients pourront s'identifier. Cependant, pour réussir le pari de l'émotivité, certaines sociétés font le choix de s'inspirer des aventures de leurs propres clients pour écrire une ou plusieurs histoires. Le storytelling peut prendre plusieurs formes. Il peut s'agir d'une histoire à long terme incluant plusieurs épisodes, ou d'une série de récits incluant des personnages différents.

Dans l'un comme dans l'autre des cas, l'objectif principal ne sera pas de faire de la communication autour des produits ou services que propose une entreprise, mais de montrer en quoi l'adoption de ces produits peut résoudre des problèmes auxquels celui qui lit l'histoire peut être confronté. Par ricochet et même sans le faire de façon expresse, ce sont les valeurs de l'entreprise qui sont subtilement mises en avant.

Les impératifs pour réussir votre storytelling

Il y a des prérequis pour qu'un storytelling soit crédible et porte ses fruits. Il est indispensable de savoir à qui l'histoire s'adresse. Vous devez donc connaître le visage de votre clientèle et de vos prospects, comment ils vivent et quels sont leurs besoins. Cela est d'autant plus important qu'une fois l'histoire écrite, il faudra la rendre publique.

En dehors de ce principe de base, il faut aussi comprendre que le storytelling est un véritable art, en plus d’être une stratégie de marketing à part entière. Et si vous souhaitez qu'elle soit une réussite, il est sûrement plus avisé d'en confier la gestion à une équipe dédiée. Cela exige du temps et beaucoup d'imagination.

Il convient aussi d’ajouter que le storytelling peut prendre plusieurs formes. L'une des formes les plus courantes reste le blogging. Il s'agit d'écrire l'histoire pour un public lecteur web. Certains font aussi usage de petites vidéos. Pour le texte, il est recommandé de ne pas excéder 500 mots. L'idéal serait même de rester dans la marge des 300 mots. Quant aux vidéos, une durée de 3 minutes serait idéale, mais il ne faut surtout pas excéder 5 minutes. 
En effet, comme on le sait déjà, les smartphones sont devenus, par la force des choses, l'interface la plus exploitée pour consulter des fichiers en ligne. Et plus le fichier est long, moins il suscite l'attention.

Le storytelling ou l’art de l’histoire...

La trame à respecter dans le cadre de la rédaction d'un storytelling est la même que celle utilisée dans le cadre de la rédaction des scenarii. Dans un premier temps, il vous faut un héros. Faites attention au choix du personnage. Il faut qu'il soit à même d'attirer la sympathie du public. Jeune, femme, homme, cela dépendra non seulement de ce que vous proposez comme produit ou service, mais aussi du message que vous souhaitez véhiculer. Ensuite, il faut qu'un besoin se manifeste chez votre héros et que ce besoin le conduise à des difficultés qu'il essaiera dans un premier temps de régler lui-même, sans grand succès. Ainsi, de la situation initiale, vous passez à l'élément modificateur qui n'est autre que le problème auquel il est confronté.

Il lui faudra donc trouver une solution pour régler son problème. C'est à ce niveau que votre produit ou votre service intervient. Mais là encore, il faut savoir introduire cette solution, au risque de manquer d'impacter le lecteur, ce qui serait un désastre pour la stratégie. Arrive donc le dénouement, lorsqu'après avoir utilisé votre produit ou fait recours à vos services, votre héros trouve la satisfaction totale, et en témoigne à la fin de l'histoire.

Tout ce qui précède peut sembler facile, mais ne vous y trompez pas, il n’en est rien. Pour une storytelling réussie, il faut faire preuve d'une grande imagination, parfois digne d'un montage cinématographique.

Vendredi 9 Février 2018 La Rédaction