Dimanche 16 Décembre 2018

Rubrique Economie

L’alliance Renault/Nissan, symbole de réussite

L’alliance Renault/Nissan, symbole de réussite

L’alliance Renault/Nissan fait aujourd'hui rêver plus d’un industriel. Non seulement elle a réussit à survivre pendant 15ans, mais elle vient de rehausser ses objectifs de synergie, signe évident qu’elle se porte bien.

L’alliance Renault/Nissan, un mariage international qui dure depuis 15 ans où chacune des parties a su entretenir la flamme. En guise de preuve, elle vient de rehausser ses objectifs de synergie pour 2016.

Une hausse de 300 millions d’euros

Augmentés de 300 millions d’euros, les objectifs de synergie de l’alliance Renault/Nissan passent de 4 milliards à 4,3milliards, "au minimum". C’est ce qu’ont annoncé le mois dernier les deux constructeurs. Précisons que cet objectif doit être atteint d’ici 2016, donc dans deux ans. Pour y parvenir, le 4ème groupe automobile mondial compte "identifier des domaines de convergence dans chacune des quatre fonctions et les placer sous un management commun par le développement de plateformes communes". Autrement dit, les quatre métiers que sont l’achat, la recherche et le développement, la production et la logistique, ainsi que les ressources humaines subiront un programme de convergence, qui consistera entre autre à les placer sous l’autorité d’un directeur de projet commun. Selon Renault et Nissan, "ces synergies sont nécessaires pour renforcer la performance des deux entreprises dans un univers de plus en plus concurrentiel. Elle permettraient de renforcer la performance opérationnelle de l’alliance grâce à de nombreuses économies d’échelles." Ce plan ainsi annoncé a de bonnes chances de réussite, eu égard des particularités de cette alliance.

Les particularités de l’alliance Renault/Nissan

A son instauration en 1999, l’alliance avait pour objectifs principaux de redresser Nissan et de faire de Renault un acteur mondial du secteur automobile. Pour cela, plusieurs actions ont été menées. Une participation croisée a été mise en place, faisant de Renault le propriétaire à 44,3% de Nissan et ce dernier détenant 15% du capital de Renault. De plus, des points majeurs ont été mis en place :

  • La mise en commun des achats, grâce à Renault-Nissan Purchasing, organisation qui prend en compte la totalité des achats du groupe depuis 2009 ;
  • Le partage des composants des véhicules ;
  • Le directoire comportant un nombre égal de représentants de chaque partie.
  • La complémentarité géographique.

Ces mesures se sont révélées efficaces, puisque le redressement de Nissan a été réalisé en 2009. En 2010, l'alliance a notamment accueilli Daimler. De plus, les deux constructeurs ont vu leur synergie augmenter de façon régulière.  Pour exemple, elle était de 2,5 milliards en 2012 et il est prévu qu’elle atteigne 4,3 milliards en 2016.

Lundi 3 Février 2014 La Rédaction