Rubrique Technologie

La SNCF investit dans Hyperloop

La SNCF investit dans Hyperloop

Et si bientôt il était possible de se déplacer à bord d’un train plus rapide que le TGV ? Tel est le projet sur lequel travaille actuellement une startup américaine du nom de Hyperloop et dans laquelle la compagnie française de chemin de fer SNCF a investi.

Imaginé par le milliardaire américain Elon Musk, créateur des voitures électriques Tesla et du lanceur de satellites SpaceX, ce train serait capable de se déplacer à la vitesse du son et de relier en l’espace de 30 min Los Angeles à San Francisco.

Un projet innovant qui a séduit la SNCF

La startup Hyperloop One a annoncé le mercredi 11 mai, une levée de fond de 80 millions de dollars. C’est la deuxième levée de fonds réalisée par Hyperloop technologies, l’une des deux sociétés travaillant à la réalisation du projet. C’est à cette occasion que la SNCF a annoncé investir dans cette startup qui pourrait bien être à l’origine du train du futur. Celui-ci devrait pouvoir transporter des passagers à très grande vitesse en les propulsant dans des capsules qui circuleront sur des coussins d’air dans un tube à basse pression. Le montant de l’investissement n’a pas été précisé ; la SNCF a d’ailleurs indiqué qu’elle « ne souhaitait faire aucun commentaire sur ce sujet ».

Un concept fou et futuriste

En résumé, à l’intérieur d’un tube presque entièrement vidé d’air, une capsule de 3 tonnes et d’un peu moins de 3 mètres de diamètre sera propulsée. Cet ovoïde pourra atteindre des vitesses ahurissantes très proches de celles du son grâce au peu de frottement et de résistance. Ce projet qui donne l’impression d’être tout droit sorti d’un film de science-fiction pourrait bien révolutionner le monde des transports en commun. La SNCF n’entend donc pas passer à côté. Le patron du groupe public, Guillaume Pepy, avait d’ailleurs affirmé à ce propos : « C’est le rôle d’un groupe comme le nôtre et de sa direction R&D de s’intéresser à un projet innovant comme celui-ci ». Les premiers voyages sont prévus pour l’horizon 2020.

La participation de 9 autres investisseurs

Même si la SNCF n’a pas précisé le montant exact du financement qu’elle a apporté, elle a été saluée comme « l’une des forces principales derrière le rail à haute vitesse en Europe ». Ont également participé à cette levée de fonds 9 autres investisseurs parmi lesquels on compte beaucoup de fonds de capital-risque, mais également GE Ventures, l’une des branches d’investissement du conglomérat industriel américain General Electric. On note, au-delà des liens financiers, la présence d’une série d’autres spécialistes du transport comme les sociétés d’ingénierie française Systra et allemande Deutsche Bahn Engineering and Consulting, ou encore le groupe suisse Amberg, qui est présenté comme un expert dans l’infrastructure de transport et les tunnels.

Mardi 14 Juin 2016 La Rédaction