Rubrique Economie

La French Tech veut s’offrir le marché moscovite

La French Tech veut s’offrir le marché moscovite

On sait déjà que des moteurs de recherche puissants comme Google font face à un sérieux obstacle pour ce qui est de se rendre incontournables en Russie. Mais la French Tech Hub entend s’y prendre autrement pour surmonter cet obstacle.

Une technique qui pourrait bien marcher

La French Tech Hub, à la différence de beaucoup de ses concurrents, a eu comme idée de fédérer les start-ups russes qui, comme elle, ont connu des avancées significatives ces dernières années en Russie. Donc, pour y parvenir, la French Tech Hub a dépêché des "Ambassadeurs" auprès des russes pendant une année entière. Si au départ, il y a deux ans comme le fait savoir Yannick Tranchier : « l’idée était de regrouper la communauté franco-russe du numérique pour faciliter son implantation en Russie », les choses ont évolué depuis. Car il se trouve que la Russie a besoin de certaines compétences que les français sont les seuls capables de leur apporter. Il est par exemple question du Techno Parc que la Russie compte mettre en place à Skolkovo, une ville en périphérie de Moscou. A cet effet, Airbus a signé un accord pour procéder à des travaux sur le site. Une entreprise à laquelle French Tech Hub participe pleinement ; comme le confirme les propos d’Aleksandra Barchtchevskaya, Directrice des relations media de la fondation Skolkovo qui a en charge la mise en œuvre du projet, lorsqu’elle affirme : « Skolkovo coopère avec le French Tech Hub pour l’organisation des missions d’affaires avec les start-ups russes… ».

Un marché avec de réelles opportunités d’affaires

« Les russes sont aujourd’hui prêts à se déplacer en France pour rencontrer des pépites françaises triées sur le volet », constate Stéphane Morley, chef du pôle Tech et Services du bureau de Business France de Moscou. Cela laisse entendre qu’il y a un besoin réel exploitable et à satisfaire sur place. Comme l’indiquent les chiffres, ce sont 90 millions de personnes qui sont sur internet en Russie, et dans cette mer humaine, ce sont 35 millions de personnes qui font régulièrement des achats sur le net. Depuis que la French Tech Hub s’est installée sur le territoire russe avec les objectifs qui sont les siens, plusieurs start-ups franco-russes ont déjà pu signer des contrats avec les tenants du monde du numérique de la société russe ou développer leurs propres affaires. Pour exemples, nous pouvons citer Ecritel, qui fait dans l’hébergement de site de e-commerce, ou Leroy Merlin qui a pu bénéficier des avantages d’autres accélérateurs de start-ups membres de la French Tech Hub pour faire décoller son business. Pour ainsi dire c’est une opportunité qui rapportera gros à la France dans le secteur des technologies si tout ceci est bien peaufiné.

Mardi 22 Novembre 2016 La Rédaction