Rubrique Economie

La Fed une nouvelle fois visée par des critiques émises par la Maison blanche

La Fed une nouvelle fois visée par des critiques émises par la Maison blanche

Vendredi 29 mars 2019, Donald Trump, président des États-Unis, a déclaré qu’en haussant ses taux d’intérêt, la FED ou la Réserve fédérale américaine, qui n’est rien d’autre que la Banque Centrale des États-Unis, avait fait une énorme erreur. Il lui reproche d’avoir mis en difficulté les marchés financiers ainsi que l’économie du pays.

Protéger l’économie du ralentissement

Dans un message diffusé sur Twitter, le président américain a fustigé la Fed et affirmé que la Bourse et les Marchés mondiaux se porteraient beaucoup mieux si la Réserve fédérale n’avait pas injustement relevé les taux d’intérêt, alors même que l’inflation n’était pas galopante, et si elle n’avait pas procédé à un redressement quantitatif. Ce message vient s’ajouter à une autre vague de critiques en provenance de la Maison blanche à l’endroit de la banque centrale, organe totalement autonome et indépendant de la puissance politique. Avant l’avènement au pouvoir de Donald Trump, les administrations qui se sont succédées faisaient attention à ne pas faire de déclaration publique concernant la politique adoptée par la Réserve. Mais, l’actuel occupant de la Maison blanche ne cesse depuis 2017 d’émettre régulièrement des critiques à propos de la politique de hausse du taux directeur.

Avant que le message de Trump ne soit diffusé, Larry Kudlow, son premier conseiller économique avait affirmé que le bureau du président souhaitait que la Réserve fédérale revienne sur un certain nombre de hausses récentes et qu’elle arrête de diminuer son portefeuille d’obligations, pour mettre à l’abri l’économie américaine du ralentissement affectant d’autres pays.

Plus aucune réduction de bilan dès septembre 2019

Kudlow avait affirmé auprès d’Axios, un site américain d’information, qu’il réclamait de la Fed qu’elle baisse d’un demi-point tous les taux directeurs. Sur la chaîne CNBC, il a affirmé qu’il était indispensable de réduire « à titre préventif » ses taux et que la Maison blanche ne souhaite pas que ceux-ci soient plus élevés. Il a, par ailleurs, laissé entendre qu’une inflation n’était pas sur le point de survenir et estimé que la Réserve fédérale en avait peut-être fait un peu trop en relevant quatre fois les taux l’année dernière. Stephen Moore, candidat favori du président pour occuper le siège disponible au Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale, a, pour sa part, déclaré au Journal Fox News qu’il n’était pas contre l’annulation du dernier relèvement de taux, mais a toutefois souligné qu’il n’était pas évident qu’il soit par la suite favorable à cette baisse de taux voulue par Larry Kudlow.

Le 20 mars 2019, la Fed a déclaré qu’elle n’envisageait plus de relèvement de taux pour cette année et qu’en septembre elle cesserait de réduire son bilan. Après la survenance de la crise financière, la banque centrale a acquis un nombre important d’obligations pour soutenir l’économie et le crédit, mais, en 2017, elle s’est mise à réduire progressivement son portefeuille d’actions pour la normalisation de sa politique monétaire. Kudlow a apporté la précision que la Maison blanche n’envisageait pas de destituer Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale.

Mercredi 3 Avril 2019 La Rédaction