Rubrique Economie

La croissance en Chine à son plus bas niveau en presque trois décennies

La croissance en Chine à son plus bas niveau en presque trois décennies

Au dernier trimestre 2018, l’économie de la Chine a sensiblement ralenti, atteignant son niveau le plus bas en presque 30 ans. Cette méforme est une conséquence directe de la réduction de la demande ainsi que du long bras de fer commercial avec Washington.

Des chiffres décevants

L’économie du géant asiatique a tourné au ralenti durant toute l’année 2018 marquée par la guerre commerciale que lui livre l’administration américaine. Durant cette année, la Chine a, par ailleurs, fait face à la chute de la demande intérieure et multiplié les mesures destinées à réduire la dette nationale. Sa croissance n’a fait que régresser. Au premier trimestre, elle fut de 6, 8 %, avant de retomber à 6,7 % au deuxième, puis à 6,5 % au troisième trimestre et a fini à 6,4 % au dernier trimestre, son taux le plus bas depuis 2009, année de la crise financière mondiale.

Ce lundi, le Bureau national des statistiques (BNS) a évoqué une croissance annuelle de 6,6 % pour 2018 (alors qu’elle était de 6,8 % un an plus tôt), ce qui traduit un ralentissement record de l’économie chinoise qui n’avait pas enregistré un taux aussi bas depuis 1990. Cette baisse de performance suscite des inquiétudes au niveau de l’économie mondiale et affecte les profits, particulièrement ceux de Apple et du secteur de l’automobile. En vue d’encourager la croissance en 2019, les autorités politiques chinoises ont décidé de prendre des dispositions qui permettront également d’éviter que l’emploi se détériore.

Le BNS a, par ailleurs, présenté la répartition de la croissance économique dans les différents secteurs chinois. Ainsi, le secteur primaire a enregistré un taux de 3,5 %, le secteur industriel 5,8 % et celui des services 7,6 %.

Prévision d’un autre ralentissement

D’aucuns estiment que l’origine de la récession de l’économie chinoise réside dans la baisse de consommation provoquée par les conflits entre la Chine et les États-Unis qui ont fait perdre aux consommateurs une partie de leur confiance. Selon plusieurs analystes convaincus qu’il faudra attendre longtemps avant que les mesures envisagées produisent leurs effets, la conjoncture économique de la Chine devrait à nouveau se dégrader avant d’aller mieux. Ils établissent pour 2019 une autre décélération à 6,3 %. Pour quelques observateurs, la croissance de la Chine est bien plus faible que ce dont font état les chiffres officiels. Le président Trump a affirmé sur Twitter que la Chine devrait arrêter de jouer et signer un « Véritable Accord » avec les USA pour sortir de l’impasse. Liu He, vice-Premier ministre chinois, sera reçu à Washington les 30 et 31 janvier 2019 pour d’autres échanges. Néanmoins, même en cas d’accord, les analystes soulignent que cela ne constituera pas un antidote pour la Chine dans la mesure où le monde entier souffre de la baisse de la demande.

Les annonces du BNS n’ont pas ébranlé les marchés asiatiques. Le CSI 300 ainsi que le SSE Composite Index de Shanghai, regroupant les plus grandes capitalisations boursières de la Chine continentale, ont tous les deux augmenté de 0,6 %.

Mardi 22 Janvier 2019 La Rédaction