Rubrique Economie

Exercice 2018 en deçà des attentes : HSBC lance un avertissement

Exercice 2018 en deçà des attentes : HSBC lance un avertissement

La banque HSBC a, elle aussi, fait les frais des dures conditions du marché observées à la fin de l’année 2018. Elle n’est, en effet, pas arrivée à faire croître ses revenus et a dégagé un bénéfice bien en dessous des attentes, principalement parce que sa croissance peine désormais à évoluer sur ses marchés britannique et chinois. De ce fait, HSBC a informé que quelques investissements pourraient être reportés.

Reflet des difficultés dans le secteur des banques

L’annonce de résultats décevants a lourdement pesé sur l’action de la puissante banque européenne qui a régressé de 3,96 % autour de 11h10 GMT ce mardi. À la bourse de Londres, l’indice FTSE a alors accusé son repli le plus significatif et l’indice Stoxx 600 a enregistré sa baisse la plus marquée (-0,36 %). Les résultats enregistrés par HSBC met en lumière les difficultés rencontrées dans le secteur des banques qui peine désormais à croître après plus de dix années de restructurations effectuées au moment de la crise économique et au moment où les perspectives économiques sont de moins en moins positives. Le directeur général de HSBC Holdings, John Flint, a fait savoir qu’il se pourrait que la banque renonce pour le moment à faire des investissements, afin de ne pas manquer son but d’ « effet ciseau » positif sur deux années successives, étant donné qu’elle n’a pas pu l’atteindre en 2018 à cause de la faiblesse observée sur les marchés au dernier trimestre. Elle espère ainsi y parvenir cette année en modérant ses investissements tout en maintenant leur forme.

Poids des tensions commerciales et du Brexit

Le conflit commercial entre Washington et Pékin, le fléchissement de la croissance ainsi que la baisse du soutien apporté à l’économie par les banques centrales ont fait régresser l’indice MSCI de 10 % l’année dernière, une perte à deux chiffres jamais enregistrée depuis 2008. Si les États-Unis et la Chine ne parviennent pas à trouver un accord, les pressions que connaît la deuxième économie au monde pourraient bien s’amplifier. À cause de ces tensions qui obligent les investisseurs à faire preuve de prudence, John Flint a affirmé qu’il est probable que le groupe HSBC enregistre pour l’année 2019 un taux de croissance quelque peu inférieur. Il faut dire que la banque considère que les incertitudes autour du Brexit pèsent lourdement sur l’activité bancaire, les clients hésitant à se décider à investir. En tout état de cause, HSBC a fait une provision de 165 millions de dollars en vue de contrer de probables créances suspectes à cause des risques élevés d’un choc économique qui pourrait résulter de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne au mois de mars.

En 2018, la banque londonienne a dégagé un bénéfice de 19,9 milliards de dollars, soit 17 milliards d’euros, contre un montant de 17,2 milliards en 2017. Elle versera un dividende s’élevant à 0,51 dollar par titre, conforme à ce que les analyses attendaient et s’est, par ailleurs, dite assez confiante en ce qui concerne la préservation d’un dividende constant.

 

 

Mardi 19 Février 2019 La Rédaction