Aller au contenu principal

Le climat des affaires plus optimiste que jamais grâce à la politique américaine

Climat des affaires New York

À Wall Street comme dans les Bourses européennes, les investisseurs sont plus optimistes que jamais. Après le nouvel élan amorcé grâce à l’espoir d’un futur vaccin contre la Covid-19, plusieurs actions connaissent une nette progression. En cause, l’évolution de la transition politique de Donald Trump vers Joe Biden. Ce nouvel élan se fait d’ores et déjà ressenti sur le prix du pétrole qui monte alors que le dollar enregistre un recul.

Ouverture en hausse à la Bourse

Ce mardi, Wall Street démarre sur les chapeaux de roue, avec la hausse des contrats à terme des indices américains. Alors qu’il se rapproche des 30 000 points, le Dow Jones gagne plus de 1 %. Pour le Standard & Poor’s 500, la hausse a été de 0,8 % tandis que le Nasdaq prend 0,4 %. 

La tendance est la même dans les Bourses européennes.  Après un pic à 5.572,5 points à 11h55 GMT à Paris, le CAC 40 a pris 1,36 % à 5.566,57 points, se positionnant ainsi à 10 points de son niveau le plus haut de l’année, soit 6.111,41. 

La Bourse de Londres n’est pas en reste, avec un net progrès du FTSE de 1,19 %. À Francfort, l’indice Dax prend 1,01 %. Pendant ce temps, le Stoxx 600 avance de 0,63 %, l’EuroStoxx 50 gagne 1,13 % et le FTSEurofirst 300 grimpe de 0,7 %. 

Dans le même sillage, le CAC d’Accor, Airbus et TechnipFMC connaît la plus forte progression. Après l’annonce de son projet de départs volontaires en France, Total gagne 3,31 %. 

Pour le 3e trimestre, une révision à la hausse de la croissance allemande a été effectuée à 8,5 %. Le climat des affaires de la plus grande économie de la zone euro est fortement attendu, notamment au regard des nombreux facteurs favorables à l’activité économique. 

L’effet « Biden »

Ces dernières semaines, les investissements sur les actifs risqués ont connu une nette évolution. En cause, les annonces successives des dernières semaines sur l’efficacité de plusieurs vaccins contre le Covid-19. 

Toutefois, cette évolution s’appuie désormais sur le changement de la situation politique aux États-Unis avec l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis. Le processus de transition doit bientôt s’amorcer grâce au feu vert donné par Donald Trump, même si celui-ci n’a pas formellement reconnu sa défaite. 

C’est donc favorablement que les marchés boursiers accueillent les premières informations sur l’équipe qui formera l’exécutif du nouveau gouvernement Biden. La perspective que Janet Yellen soit nommée au poste de secrétaire au Trésor semble tout particulièrement être accueillie favorablement. L’ex-présidence de la Réserve fédérale est très attendue sur le terrain de la coordination qu’elle instaurera entre la banque centrale et l’exécutif.

D’après le stratège Macro de Naomura, Naka Matsuzawa : « Janet Yellen semble consciente des limites de la politique monétaire et donne la priorité à la collaboration avec l’administration en matière de dépenses budgétaires ». 

Voilà qui éclipse totalement la perspective d’une nouvelle récession économique, telle qu’annoncée par les résultats des enquêtes Markit lundi. Les investisseurs placent désormais leur espoir dans le soutien que pourraient apporter les politiques budgétaires et monétaires à la reprise d’ici 2021.

 24 novembre 2020    La Rédaction

Populaires

Newsletter le business Journal

Recevez les dernières actualités
du Business Journal sur votre adresse email.

À ne pas manquer