Aller au contenu principal

Economie : chute de l'action EDF à la Bourse de Paris et mauvais résultat au 4e trimestre pour Novartis

EDF - Energie ; https://www.engie.com/espace-journalistes/images

Lundi, l’action EDF a fini en baisse à la Bourse de Paris. En cause, les doutes liés au projet Hercule destiné à la réorganiser les activités du groupe et son cadre réglementaire. Mardi, Novartis a déclaré que son chiffre d’affaires et ses bénéfices au 4e trimestre sont inférieurs aux prévisions de ses analystes. L’activité du groupe a été considérablement freinée par la crise sanitaire.

Les actions d’EDF en chute libre à la Bourse de Paris

Lundi, alors que les marchés clôturaient à la Bourse de Paris, l’action EDF a connu une perte vertigineuse de 15,62 % à 10,45€. Depuis le mois de mars 2020, c’est la plus forte baisse enregistrée par EDF.

Cette chute est survenue sur fond de doutes concernant le projet du gouvernement français de mettre en place une réforme du nucléaire en France. En pleine discussion avec la Commission européenne, le gouvernement a décidé d’accompagner cette réforme de la réorganisation d’EDF, à travers un projet qui a été baptisé Hercule. Celui-ci a visé l’amélioration des capacités de financement et d’investissement du groupe.

À travers le projet Hercule, le gouvernement français a prévu de séparer le parc nucléaire de l’EDF de ses activités relatives aux énergies renouvelables. Il a également été prévu qu’un capital soit ouvert pour ces activités liées aux énergies renouvelables. Cela permettrait d’engager le groupe vers la privatisation après son démantèlement.

En raison des questions de concurrence, la Commission européenne doit donner son accord pour que le projet puisse être entamé. Détenant 83,7 % des parts du capital de l’EDF, l’État français doit veiller à ce que les ressources financières du groupe puissent couvrir le développement d’énergies renouvelables ainsi que son activité nucléaire.

Pas de restructuration de l’EDF avant 2023 selon BMF Business  

La chaîne de télévision BFM Business a révélé que les négociations relatives au projet Hercule n’avançaient pas et qu’il n’y avait pas d’espoir d’aboutissement au cours des semaines à venir. Elle a ajouté que plusieurs obstacles pourraient empêcher l'aboutissement du projet cette année.

Surpris, J.P Morgan a affirmé dans une note : « Cet article semble toutefois suffisamment bien informé pour nous amener à envisager que cela pourrait être le cas et qu’une impasse pourrait avoir été atteinte, aussi surprenant que cela puisse paraître. » 
La banque a ajouté : « Six mois supplémentaires de discussions signifieraient que le projet Hercule ne serait probablement pas voté au Parlement avant la fin de l’année, une échéance cruciale pour le gouvernement s’il veut parvenir à le mettre en œuvre avant l’élection présidentielle de 2022. »

Démentie par le ministère des Finances, l’information apportée par BFM Business a prévu que la réorganisation de l’EDF ne pourra pas avoir lieu avant 2023.

Des résultats en baisse au 4e trimestre chez Novartis

Par rapport aux prévisions de ses analystes pour le 4e trimestre 2020, le chiffre d’affaires de Novartis et ses bénéfices sont en deçà, notamment au niveau de sa filiale de médicaments génériques Sandoz ainsi que certaines de ses divisions telles que la dermatologie et l’ophtalmologie.

Alors que les prévisions moyennes établissaient le résultat du groupe pharmaceutique suisse sur les 3 derniers mois de l’année 2020 à 3,15 milliards de dollars d’après les données Refinitiv, celui-ci a plutôt été de 3,03 milliards de dollars.

Quant au chiffre d’affaires, il a connu une hausse de 1% à 12,77 milliards de dollars alors que les analystes attendaient 12,88 milliards de dollars.

 26 janvier 2021    La Rédaction

Populaires

Newsletter le business Journal

Recevez les dernières actualités
du Business Journal sur votre adresse email.

À ne pas manquer