Aller au contenu principal

Chine : le coronavirus met la bourse en alerte

Wall Street ; https://www.pexels.com/photo/people-sitting-on-desks-inside-well-lit-room-159740/

À l’ouverture mardi, la bourse de New York était en baisse, touchée par la vague d’inquiétudes qui a saisi quelques heures plus tôt les bourses européennes. Wall Street est frappée de plein fouet par l’aversion au risque lié à l’épidémie de coronavirus qui touche actuellement la Chine.

Wall Street en alerte

Après les bourses européennes et asiatiques, Wall Street n’a pas résisté face aux inquiétudes relatives aux conséquences économiques du coronavirus qui touche actuellement la Chine.

Jusqu’à 13h GMT ce mardi, les analystes avaient fait part de leurs craintes sur l'éventuelle ouverture en baisse de la bourse américaine en raison du retour de l’aversion au risque provoqué par la propagation de l’épidémie chinoise.

Fermée le lundi en hommage au Martin Luther King Day, la Bourse de New York devait se préparer à faire face à une baisse de 0,2 % pour le Standard & Poor's 500 et le Dow Jones alors même qu’à l’ouverture, le Nasdaq perdait 0,4 % après le week-end prolongé.

À 15h, le Dow Jones avait perdu 0,15 %, soit 44,63 points à 29.303,47 points. Le recul du Standard & Poor's 500 était estimé à 0,31 % à 3.319,32 points. Le Nasdaq Composite a cédé à 0,27 % à 9.363,86 points.

Les compagnies aériennes et les valeurs du luxe frappées de plein fouet

À la bourse, les compagnies aériennes ont payé très cher les craintes liées à la propagation du virus et ont décidé de limiter les vols vers l’Asie alors que le Nouvel An chinois est dans quelques jours. Les indices d’American Airlines, United Airlines et Delta Air Line ont perdu entre 2,88 % et 1,42 %.

Les valeurs européennes du luxe, qui dépendent tout particulièrement de la croissance à Hong Kong et en Chine ont connu un repli important. Les pertes ont été de 1,59 % et 3,26 % pour Hermès et LVMH, avec une concentration des baisses les plus importantes au niveau du CAC 40.

La réduction de la prévision de croissance mondiale pour 2020 et 2021 du Fonds monétaire international lundi n’a rien arrangé à la situation. Dans cette situation chaotique, le marché obligataire américain est le grand gagnant. Le rendement des Treasuries à 10 ans a cédé 5 points de base à 1,7882 %.

Pendant ce temps, les informations livrées sur l’épidémie de coronavirus en Chine ne laissent encore rien présager de bon.

Déjà 6 morts et 291 personnes contaminées par le virus

C’est dans le centre de la Chine, à Wuhan que l’épidémie de coronavirus est apparue, faisant 6 morts, d’après le bilan provisoire divulgué mardi par la mairie. Sur le plan national, 291 cas de contamination par le virus ont été recensés. Appartenant à la même famille que le syndrome respiratoire aigu sévère, le virus se transmettrait entre humains.

L’Organisation mondiale de la santé a prévu de tenir une réunion d’urgence mercredi à son siège. Le chargé de stratégie marchés chez AxiCorp, Stephen Innes, a déclaré : « Cette épidémie peut provoquer un impact majeur sur la demande, particulièrement en ce qui concerne les services, comme le voyage ». Il a ajouté : « Elle a lieu dans un climat où l'économie mondiale est déjà ralentie par de la guerre commerciale, raison pour laquelle la réaction des investisseurs est peut-être exacerbée ».

 22 janvier 2020    La Rédaction

Populaires

Newsletter le business Journal

Recevez les dernières actualités
du Business Journal sur votre adresse email.

À ne pas manquer