Dimanche 16 Décembre 2018

Rubrique Management

Comment dépasser le stress de la prise de parole en public

Comment dépasser le stress de la prise de parole en public

Avec la peur des serpents et celle du vide, la peur de prendre la parole est l’une des plus courantes. En effet, la masse de personnes ayant peur de s’exprimer en public est bien plus grande qu'on ne l’imagine. Cela constitue un véritable obstacle, surtout en milieu professionnel.

Si la prise de parole en public est une tâche délicate, elle peut être le cauchemar d’un grand nombre de personnes. Certains en tombent même malade. Ce handicap, qui peut se révéler très contraignant, peut heureusement être maîtrisé grâce à certaines attitudes.

Modérer son auto-critique

Les personnes ayant peur de parler en public ont généralement la fâcheuse habitude de s’autocritiquer exagérément. Elles ont parfois tendance à croire que leur valeur en tant que personne ou professionnel dépend d’une seule prise de parole. Il faudrait donc commencer par relativiser. Penseriez-vous qu'un intervenant est mauvais ou incompétent à la seule vue de son stress? A coûp sûr, la réponse sera négative. Alors demandez-vous pourquoi le barème serait plus sévère dans votre cas, et décompressez.

Se focaliser sur l’effet produit sur les autres et non sur soi-même

Avant une prise de parole, le commun des mortels est anxieux. Cela n’a encore rien d’alarmant. Le "truc" qui fait que les autres ne le semblent pas est qu’ils se concentrent, non pas sur leur trouble, mais sur leurs interlocuteurs et les effets qu’ils sont censés produire sur eux. Ce pont de communication (les effets à produire) doit être votre principale préoccupation. Vous ne devez pas oublier que les personnes devant vous ont besoin non-seulement d’entendre ce que vous avez à dire, mais également de le vivre. Pensez à vous faire comprendre et à faire ressentir les choses à l'auditoire amènera très vite votre anxiété au second plan.

Bien préparer le fond et la forme de l’intervention

La clarté et la précision de votre intervention jouent un rôle important dans la réussite de cette dernière. Cela exige que vous prépariez bien votre intervention. Aussi bien sur son fond que sur sa forme. En ce qui concerne le dernier aspect, vous devrez prévoir un plan de présentation, en mettant un accent particulier sur votre accroche. En effet, l’intérêt de votre auditoire pour votre intervention se joue dans la plupart des cas dès les premiers mots. Il est donc important de bien les préparer. Lorsque l’intervention est importante, des supports de présentation peuvent également s’avérer utiles. Dès lors, il faudra veiller à ce qu’ils fonctionnent correctement, mais également prévoir un plan de secours en cas de défaillance.

Soigner son image

Il est bien connu que l’apparence conditionne fortement l’image qu’ont les autres de soi. Ceci est doublement important pour les personnes redoutant les prises de parole en public. Une apparence soignée et correspondant aux circonstances de l’intervention leur permet de projeter une image de professionnalisme, et aide à booster la confiance en soi. Lorsqu’elle concorde avec l’information véhiculée, cette image entre dans le processus de communication et aide à atteindre le but visé par la prise de parole.

Maitriser la communication non-verbale

Le contenu d’une intervention orale constitue moins du dixième de la communication. Cette dernière est en effet constituée également par le ton et la manière dont sont dits les mots, mais encore plus important, par le comportement de la personne diffusant le message. Ainsi, vous devrez veiller à ce que votre langage corporel soit en adéquation avec le message que vous voulez faire passer. Se tenir vouté pour un discours d’encouragement n’est évidemment pas conseillé. Il vous faudra également, veiller à occuper de façon convenable l’espace qui vous est accordé, et à travailler votre tonalité, ainsi que vos pauses et silences, afin de donner à votre message, toute sa portée.

Vaincre la peur des autres…et de soi

Cette victoire contre vous-même consistera à enrailler toutes les idées et pensées négatives qui vous assaillent dès que se présente la perspective d’une prise de parole en public. Cette anxiété si elle est trop intense vous entraînera dans une contreperformance. De plus, évitez de considérer vos interlocuteurs comme des juges ou comme un jury prêt à vous rabrouer à la première erreur ou à vous assaillir de questions. Quant aux éventuelles questions, justement, il est conseillé de vous préparer à celles-ci, surtout les plus hostiles et d’y prévoir des éléments de réponses. Cela vous sera d’une grande utilité.

Regarder son auditoire

L’une des clés de la réussite d’une intervention en public consiste à vous faire écouter et suivre par votre auditoire du début à la fin. Cela se fera en grande partie si chaque personne présente a l’impression que vous vous adressez personnellement à elle. Fini donc la fixation du bout de vos chaussures. Il faudra regarder les membres du public. Pas en balayant ce dernier du regard mais en regardant chacun des membres le composant, dans les yeux si possible. Si fixer chacun dans les yeux vous est impossible, il est conseillé de regarder au milieu des deux yeux. Cela donne à la personne l’impression que vous la regardez dans les yeux, ce qui facilitera le passage de votre message.

Dédramatiser et enchaîner

Il peut arriver, surtout aux débuts, malgré toutes ces précautions, de perdre le fil de vos idées ou d’être assez stressé. Dans ce cas, pas d’affolement. Si votre embarras a été perçu par vos interlocuteurs, dédramatisez grâce à une phrase spirituelle du genre "décidément, ce sujet me tient à cœur", et enchaînez !

Mercredi 2 Avril 2014 La Rédaction