Mercredi 12 Décembre 2018

Rubrique Economie

Bilan export des PME françaises

Bilan export des PME françaises

Comparées aux PME des pays comme l’Allemagne, les Etats-Unis ou la Chine, les entreprises françaises de moins de 250 salariés restent à la traine en matière de dynamisme dans le domaine des exportations. Sur l’ensemble des 441 Md€ de chiffre d’affaires à l’export de l’année 2012, les PME françaises n’ont contribué qu’aux environs de 18%.

Le nombre des PME françaises exportatrices est certes en augmentation, selon les dernières données disponibles (en hausse pour la première fois en 2010 pour atteindre 28.900) ; toutefois, les unités économiques de taille moyenne se lançant sur le marché international restent assez faible. Constituant 90 % des entreprises françaises et employant 80 % des salariés, les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) et les Petites et Moyennes Entreprises (PME), ne sont pas suffisamment actives en matière d’exportation. En effet, ce sont des grandes entreprises comme Airbus, les constructeurs automobiles, les industriels pharmaceutiques… qui réalisent les 39% du chiffre d’affaires à l’export du pays.

Exportations en baisse de 1,9% durant le 1er semestre 2013

A l’échelle planétaire, la France se situait, selon les estimations au mois de novembre 2013, à la 6e position des pays réalisant le plus de chiffre d’affaires à l’exportation. Avec ses 413 Md€ de vente sur le marché international entre le mois de décembre 2012 et Novembre 2013, la France se place derrière le champion incontesté qu’est la Chine et qui est suivi par l’Allemagne, les Etats-Unis, le Japon et la Russie. Le pays a enregistré une baisse de 1,9% de ses exportations durant le 1er semestre 2013. Comme principale raison de cette variation, le ministère du Commerce extérieur affirme que « les exportations ont marqué le pas, tirées vers le bas par les contre-performances de l’industrie automobile et des produits agricoles, tandis que les ventes de biens intermédiaires ont décéléré. A l'inverse, les livraisons aéronautiques et spatiales ont atteint un niveau record et les ventes pharmaceutiques ont repris vivement ».

Eco-industrie, le secteur le plus dynamique

Générant 58,5% de la création de richesse dans le secteur privé à l’échelle du pays, les PME restent un acteur économique majeur pour la France même si elles ne sont pas naturellement orientées vers l’export. Le système d’entreprenariat français devrait adopter une vision plus internationale, comme les chefs d’entreprise allemands et italiens qui pensent naturellement aux marchés extérieurs pour développer leurs activités ; tel est le principal constat de Jean-François Roubaud, président de la Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME). Certains secteurs d’activité sont certes plus dynamiques que d’autres en termes d’exportation, mais d''ordre général, la majorité des PME françaises demeurent peu enthousiastes à l’idée d’exporter. Parmi les filières les plus dynamiques à l’export, ce sont les PME de l'éco-industrie, c'est-à-dire le secteur de la gestion des déchets, la gestion de l'eau, l'ingénierie, les énergies renouvelables (production d’éolien, de véhicule électrique, de captage de C02,…). En 2012, l’ensemble de l'éco-industrie représentait plus de 3,6 Md€ dans les exportations du pays. 

Des soutiens du pouvoir public à matérialiser en performances

Avec l’offre de financement pour les PME élaborée par le ministère de l’Economie et des Finances et le ministère du Commerce extérieur, à travers le partenariat entre Bpifrance, Coface et Ubifrance, l’export et l’internationalisation des entreprises sont déjà plus ou moins facilités. Avec une croissance de +13% du financement offert aux entreprises en 2012, en atteignant 35 milliards d'euros pour quelque 84 000 entreprises, le programme OSEO devrait apporter plus de retombées au cours des prochaines années. Mais pour les PME, il reste à transformer ces financements en exportations réelles.

Jeudi 23 Janvier 2014 La Rédaction