Rubrique Management

Bien négocier son salaire à l’embauche : nos précieux conseils

Bien négocier son salaire à l’embauche : nos précieux conseils

Négocier son salaire au moment de l’entretien d’embauche est une étape importante et délicate pour le demandeur d’emploi. Bon nombre de personnes renoncent à le faire soit à cause de l’appréhension soit parce qu’elles n’ont aucune expérience en la matière. Elles ont donc tendance à éviter d’aborder la question ou à se contenter d’accepter l’offre faite par l’employeur. Il s’agit pourtant d’un point qui a tout son sens car il aura, à long terme, un impact sur la carrière du candidat. Parce que la négociation salariale demande du tact et de la diplomatie, nous vous donnons quelques conseils pour bien la mener et parvenir à vos fins.

Préparer la négociation

Avant de vous rendre à votre entretien d’embauche, vous devez avoir préparé votre négociation de salaire. Anticipez les questions qui peuvent vous être posées afin de vous constituer un argumentaire qui donnera envie à l’employeur de donner suite au salaire que vous souhaitez. Pour ce faire, vous devez savoir de façon précise ce que l’entreprise espère de vous, c’est-à-dire maîtriser les missions et les objectifs du poste, les échéances de réalisation des objectifs fixés, les attentes du manager, etc. Autrement, vous ne serez pas en mesure de bien négocier votre salaire.

Faire une estimation de salaire

Ne vous lancez pas dans la négociation sans avoir pris les renseignements utiles concernant le salaire habituellement payé pour le type de poste auquel vous soumettez votre candidature. Faites ensuite le point de vos besoins au quotidien, car votre salaire doit pouvoir les couvrir largement. Vous saurez de cette façon la barre en dessous de laquelle vous ne pouvez pas descendre. Internet constitue un outil de taille pour comparer les salaires et peut donc vous être d’une grande aide. Consultez les magazines économiques qui publient annuellement des grilles de rémunération moyennes, les forums, les études publiées par divers cabinets, les conventions collectives qui fixent les salaires minimums, etc. N’hésitez pas à entrer si possible en contact avec une personne qui occupe la fonction à laquelle vous postulez. Effectuer ces recherches vous permettra de faire l’estimation d’un salaire-plancher raisonnable que vous utiliserez comme base lors de la négociation.

Montrer sa valeur au recruteur

Pour étayer vos raisons à prétendre à un salaire, il est essentiel de prouver au recruteur que vous avez une valeur ajoutée qui ne peut que faire prospérer son entreprise. Pour cela, vous devez vous-même connaître la valeur réelle que vous avez sur le marché de l’emploi. Renseignez-vous donc comme mentionné précédemment auprès d’organismes officiels, sur internet, faites des enquêtes de rémunération, etc. Vous devez également vous évaluer en fonction du poste proposé, c’est-à-dire vérifier que votre profil et vos compétences sont en adéquation avec les critères exigés pour le poste car plus ce sera le cas, plus vous serez en position de force. Réfléchissez aussi à votre contribution au futur employeur (gain en chiffre d’affaires, réduction des coûts, connaissance du secteur et de la concurrence, savoir-faire…). En résumé, vous devez persuader votre interlocuteur que votre présence au sein de son entreprise lui sera profitable à tous les points de vue et donc que vous méritez largement le salaire demandé.

Attendre le moment idéal pour parler salaire

Laissez le recruteur faire la première proposition afin de mieux le cerner et de découvrir le salaire qu’il est prêt à payer. Il fera peut-être une offre plus intéressante que celle vous espériez. Aussi, ne répondez jamais de façon précise s’il vous est demandé le salaire auquel vous prétendez sans avoir au préalable reçu une véritable proposition d’embauche. Donnez plutôt une fourchette salariale en vous basant sur les renseignements que vous aurez recueillis concernant les salaires ayant cours dans le domaine concerné. Si le recruteur n’aborde pas la question, vous pouvez le faire à la fin de l’entretien, après avoir défendu vos compétences et vraiment suscité son intérêt pour vous. En général, le recruteur aborde le sujet du salaire pendant le deuxième ou le troisième entretien si votre profil l’a séduit. Il est donc conseillé de ne pas négocier sa rémunération au premier entretien pour ne pas laisser penser que vous êtes plus intéressé par votre salaire que par les missions du poste.

Demeurer ouvert à la discussion

Chercher la reconnaissance de son travail est important mais ne soyez pas trop rigide lors de la discussion pour ne pas laisser une impression négative à l’employeur. A contrario, écoutez les arguments de votre interlocuteur, présentez les vôtres de façon naturelle, assurée et calme pour ne pas tendre le dialogue. C’est également la preuve que vous avez de l’audace et que vous êtes suffisamment mature pour traiter de sujets importants. N’oubliez pas de tenir compte des éventuels bonus et autres rémunérations liés au salaire (voiture de fonction, téléphone, ordinateur portable, primes, etc.) qui vous permettront d’obtenir encore plus.

Mercredi 13 Juin 2018 La Rédaction