Dimanche 16 Décembre 2018

Rubrique Entreprises

Apple : des résultats inquiétants ?

Apple : des résultats inquiétants ?

Coup de tonnerre chez la firme à la pomme : l’iPhone, sa poule aux œufs d’or représentant 2/3 de son chiffre d’affaires, affiche pour la toute première fois depuis près de 10 ans des ventes trimestrielles en baisse. Jamais celles-ci n’avaient connu un tel recul (16 % sur un an), entraînant dans leur chute, les revenus du groupe qui connaissent eux aussi pour la première fois une récession.

Une baisse au-delà des prévisions

En début d’année, Tim Cook, CEO d’Apple, avait annoncé que les résultats du premier trimestre ne seraient pas très satisfaisants. Mais il était loin de s’imaginer que les choses seraient catastrophiques à ce point. Le bénéfice net a baissé de 22%, à 10,5 milliards de dollars et le chiffre d’affaires de 13% à 50,6 milliards, alors que sur le même trimestre l’année passée, celui-ci était de 58 milliards de dollars et le bénéfice net de 13,6 milliards. Malgré des résultats financiers décevants, le patron d’Apple garde le sourire et affirme que l’« équipe a extrêmement bien tenu face à de forts vents macroéconomiques contraires».

Une situation économique défavorable à la croissance

À la base de cette déconvenue, le dollar fort qui fait augmenter les prix d’Apple un peu partout dans le monde et une situation complexe, plus particulièrement en Chine où le chiffre d’affaires a baissé de 26% sur le trimestre écoulé. Telles sont les raisons avancées par Luca Maestri, directeur financier de la firme. Il faut aussi dire qu’Apple ne fait plus autant rêver, avec ses produits qui manquent d’ambition, sans trop d’innovation, et des tarifs de plus en plus exorbitants. Toutefois, Tim Cook promet des « innovations incroyables » à ses investisseurs et insiste sur le fait que « l’avenir d’Apple est très prometteur ».

Des conséquences fâcheuses

C’est l’Asie qui affecte le plus les résultats du géant électronique, avec des revenus qui ont baissé de 26% en Chine et de 24% dans le reste de l’Asie Pacifique, à l’exception du Japon où les ventes ont augmenté de 24% en une année. Les revenus ont donc dégringolé et sont de 32,9 milliards de dollars contre 40,3 milliards début 2015. Suivant la clôture après l’annonce des résultats à Wall Street, l’action Apple a plongé de 8% environ dans les échanges électroniques, chutant à moins de 96 USD. 46 milliards de capitalisations boursières se sont ainsi évanouies dans les airs.

L’urgence d’une diversification

Avec ce ralentissement des ventes du téléphone et le déclin de l’iPad qui se confirme, il est capital que le groupe se tourne vers des secteurs plus prometteurs. Il s’y attèle avec l’Apple Watch, dont les ventes étaient au-dessus de celles du premier iPhone dans l’année suivant son lancement ou encore à travers le développement des services (Apple Pay et Apple Music). Et avec des liquidités en augmentation, le directeur général n’exclut pas la possibilité de nouvelles acquisitions, notamment dans les startups.

Apple serait aujourd’hui sur un projet dans l’automobile.

Vendredi 17 Juin 2016 La Rédaction