Rubrique Management

7 points importants pour être apprécié de son patron

7 points importants pour être apprécié de son patron

Chaque salarié souhaite être à la bonne avec son patron. C’est un comportement logique et naturel qui vient répondre en amont au besoin de reconnaissance (ou besoin d’estime) de la pyramide de Maslow. Ainsi, pour satisfaire ce besoin, un salarié doit bien faire son travail qui sera reconnu par son employeur, et plus facilement encore si vous êtes dans ses petits papiers. Ce besoin d’estime vient en complément du besoin d’appartenance, qui est la réelle première étape du processus de l’implication de l’employé, et donc de son désir d’être apprécié.

Nul besoin de manigance, de piédestal qu’on s’auto-attribue ou encore de petites « courbettes ». Non pour être « bien vu » par son boss, il en est tout autre. Le gestionnaire a des préoccupations, des besoins, des objectifs. Une scénarisation des choses est rapidement perçue, et détruira complètement les relations employé/employeur, ainsi que celle avec les autres employés. Alors quoi faire pour être apprécié ?

La recherche de l’amélioration

Ne pas se reposer sur ses acquis ! Un employé, même s’il est le meilleur aujourd’hui ne le sera plus demain s’il se laisse porter par ses compétences acquises. La recherche et le désir de perfectionnement sera propice à la bonne évolution, à la mise à jour des connaissances, à l’actualisation des capacités. Un employé qui cherchera à s’améliorer est indéniablement un atout pour l’entreprise, car en plus de suivre les évolutions du métier, il tirera vers les hauts les autres. Cette spirale vertueuse est plus qu’appréciée par les employeurs.

La recherche de la réussite

L’un ne va pas sans l’autre, tout est question d’attitude. Un employé sur lequel peut assurément se reposer un patron est celui qui s’attache à faire un travail parfaitement, à réussir une mission, à décrocher des contrats, etc. Ces collaborateurs sont fiers de leur travail une fois accompli dans les temps et c’est ce qui les fait vivre. Ils en font un peu plus, prennent des responsabilités et des initiatives ; et surtout sont des coéquipiers de soutien pour les autres. Un employé qui cherche la réussite deviendra assurément sur le long terme un point d’appui du patron quand il s’agira de résoudre des problèmes ou déterminer des orientations à prendre.

L’implication réelle

En lien avec le besoin d’appartenance de Maslow, l’implication est une étape vers le besoin de reconnaissance. Un gestionnaire saura facilement reconnaître un salarié impliqué. Il en fait généralement un peu plus, se porte volontaire pour une mission, accepte les responsabilités supplémentaires et cherche à être des plus efficaces. Un gestionnaire saura différencier l’implication des « courbettes » ! L’employé impliqué n’est pas nécessairement le plus compétent, mais il montrera une constance dans la qualité de son travail et une attitude positive. Souvenez qu’un patron veut pérenniser son entreprise. C’est sur eux qu’il se reposera et qu’il comptera pour l’avenir de celle-ci.

L’anticipation des besoins

En entreprise, il faut parfois réagir vite. Certains ont même besoin de cette adrénaline qui les amène à réaliser des travaux qu’ils n’auraient pu ou même su réaliser autrement, dans un délai restreint. Mais pour avoir cette capacité à réagir vite, l’anticipation est importante et aide grandement. Un patron apprécie qu’un employé prenne des initiatives et devance les besoins. Une capacité de projection est un atout réel, et nul doute que cette capacité vous permettra de briller aux yeux de votre boss. Quand celui-ci vous demandera de réaliser une tache, si votre réponse est que vous y aviez pensé et qu’elle est déjà faite ; vous deviendrez une personne sur qui il peut compter.

La réactivité et la participation

Comme précisé précédemment, il est des situations où il faut réagir vite dans l’exécution. Ici, il en est plutôt question en interne. En effet, une réunion imprévue, un thème de réflexion, une interrogation précise et technique de laquelle vous n’avez jamais entendu parler ; il faut être là et actif. C’est une occasion de participer à la vie de l’entreprise, au processus décisionnel, aux pistes de réflexion, aux orientations à prendre. Enfin, une occasion de gagner la confiance du boss.

Réaliser et non exposer

Vous l’avez sûrement entendu, par vos collaborateurs ou votre entourage, ce discours vantant ses mérites, ses qualités indéniables et ses épaules sur lesquelles reposent une grande partie de la réussite de l’entreprise. Mais alors pourquoi cet employé est-il toujours à son poste ? Pourquoi n’a-t-il pas plus de responsabilité et d’importance dans l’entreprise ? Pourquoi n’a-t-il jamais eu de promotion ? La réponse est simple. Il n’a sûrement jamais mis en exergue ce qu’il avance. Car si un employé représente et fait réellement ce qu’il expose, le patron ne pourrait s’en passer. Montrez vos capacités et prouvez. Si vous réalisez de bonnes choses, vous évoluerez et représenterez beaucoup aux yeux de votre patron.

Une bonne ambiance de travail

Attention à ne pas confondre rigolade et bonne ambiance de travail. L’ambiance correspond parfois à la culture d’entreprise. Google y travaille notamment en apportant une ambiance de travail détendue, mais qui ne bloque pas le travail. Il est habituel de faire un parallèle entre bureau et vestiaire sportif ; ici il prend tout son sens. Le rire a vocation à détendre, à faire des microcoupures dans son travail. Nous passons la moitié de notre journée sur le lieu de travail, par conséquent, nous côtoyons nos collaborateurs autant que notre époux ou épouse. Il est important que l’ambiance de travail soit agréable pour tous. Une bonne ambiance de travail permet aussi de combattre plus facilement les moments difficiles en interne, car elle est vectrice de solidarité. Un employé ouvert, positif et amenant une ambiance de travail saine et agréable est un véritable atout dans l’entreprise. Comme un bon partenaire de vestiaire, un bon partenaire de bureau est parfois indispensable pour la vie du groupe.

Vendredi 27 Juin 2014 La Rédaction