Samedi 19 Août 2017
Rubrique Economie

Halliburton sceptique sur la croissance des puits en Amérique du Nord

Halliburton sceptique sur la croissance des puits en Amérique du Nord
Une charge de 3,5 milliards dollars, c’est ce que Halliburton avait perdu pour raison d’une fusion annulée avec la société Baker Hughes rachetée plus tard par General Electric. Mais ce ne sera qu’une mauvaise phase dans l’historique de la société pétrolière puisqu’elle vient de passer deux semestres avec de bons chiffres en dépit des sombres prévisions concernant les puits américains.

Les puits se stabilisent partout en Amérique du Nord

Qu’il s’agisse de Halliburton ou de Baker Hughes ou encore de Schlumberger, chacune de ces sociétés pétrolières a vu ses bénéfices croître en raison de la forte activité des puits de l’Amérique du Nord. Pourtant, en même temps que l’activité était intense, les prix n’étaient pas si hauts, moins de 50 dollars le baril. Seulement, depuis un certain temps, la tendance s’inverse. 
 
En effet, l’on observe une baisse du niveau des puits actifs dans cette même zone. « Aujourd’hui, le nombre de puits montre des signes de stabilisations et les clients appuient sur le frein », faisait savoir Dave Lesar, le directeur exécutif de Halliburton, au moment où il annonçait les résultats du semestre écoulé. Un constat qui concorde avec les chiffres avancés plus tôt par Baker Hughes et Halliburton concernant le boom pétrolier et l’activité des puits.
Au cours de la semaine du 21 juillet, le nombre de puits actifs était de 764. Un an avant cette date, le nombre de puits actifs était de 371. On observe bien que le chiffre a quasiment doublé. Cependant, lors d’une conférence pétrolière qui s’est tenue à Istanbul le 11 juillet de l’an passé, Mark Richard, le directeur marketing de Halliburton, avait laissé entendre que le nombre de puits actifs pourrait connaître un boom avant de se stabiliser au cours de l’année 2017.
 

Des chiffres encourageants pour Halliburton

 
Ainsi, sur deux semestres consécutifs, la société pétrolière, la troisième au monde, enchaîne des chiffres fastes. On parle d’un bénéfice de 28 millions de dollars, ou trois cents gagnés sur chaque action. Pour ainsi dire, le chiffre d’affaires de Halliburton s’élève désormais à 4,96 milliards de dollars, alors qu’il était de 3,84 milliards de dollars il y a un an. 
 
Selon Jeff Miller, directeur général de la société, la marge bénéficiaire de l’entreprise devrait continuer sur cette lancée sur au moins le prochain trimestre. Une augmentation de 83% en Amérique du Nord. Mais avec cette baisse du niveau d’activité des puits qui s’annonce, il n’est pas évident que le prochain semestre connaisse exactement le même sort.

 

Visiteur
  Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.